Célébrations de la Semaine sainte

Bonjour chers amis, 

Il est désormais clair qu’il nous sera impossible de célébrer ensemble cette année la semaine sainte et Pâques, nous ne pourrons pas vivre les grandes étapes qui nous y conduisent tant liturgiques (Rameaux, Jeudi, Vendredi et Samedi Saints et le jour de Pâques),ou encore le sacrement de la réconciliation et de la pénitence. 

Voilà ce que conseille le pape François aux fidèles qui sont privés de confession pendant cette période de confinement : « Comme nous l’enseigne le catéchisme, vous pouvez vous approcher par vous-même du pardon de Dieu, sans avoir de prêtre à portée de main », explique-t-il. « Demandez pardon de tout votre cœur, et promettez au Seigneur de vous confesser plus tard. Immédiatement, vous ressentirez de nouveau Sa grâce ».

Lire la suite : Célébrations de la Semaine sainte

Prière Dimanche des Rameaux

Prière pour le dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur

 

Psaume 50

Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour, selon ta grande miséricorde, efface mon péché. Lave-moi tout entier de ma faute, purifie-moi de mon offense.

 

Lire la suite : Prière Dimanche des Rameaux

Prière pour la cinquième semaine de Carême

Psaume 50

Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour, selon ta grande miséricorde, efface mon péché. Lave-moi tout entier de ma faute, purifie-moi de mon offense.

Oui, je connais mon péché, ma faute est toujours devant moi.

Contre toi, et toi seul, j’ai péché, ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait.

Ainsi, tu peux parler et montrer ta justice, être juge et montrer ta victoire.

Lire la suite : Prière pour la cinquième semaine de Carême

Prière pour la quatrième semaine de Carême

Je vous salue Marie,

Pleine de grâce,

Le Seigneur est avec vous,

Vous êtes bénie entre toutes les femmes

Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.

 

Sainte Marie,

Mère de Dieu,

Priez pour nous,

Pauvres pécheurs,

Maintenant et à l’heure de notre mort.

 

Amen

Fête de saint Joseph

Au beau milieu du carême, nous marquons une pause avec la solennité de saint Joseph, l'époux de la Vierge Marie.

Mais cette pause, malgré toute la fête liturgique qu'elle déploie, nous permet d'approfondir autrement notre démarche de conversion, notre retournement vers le Christ Jésus. Et elle le permet en nous montrant très clairement, par l'Evangile de ce jour, que Joseph et Marie, tout saints qu'ils soient, ont dû, eux aussi, se convertir à la nouveauté de cet enfant qui est le leur.

Les parents de Jésus font comme tous les parents : ils s'occupent, font attention de leur enfant même si, parfois, il échappe à leur vigilance. C'est ce qui se passe à Jérusalem la petite famille de Nazareth était venue en pèlerinage avec tout le clan familial. Et ce qui devait arriver, arrive : l'enfant échappe à la vigilance de ses parents. Et les parents ne s'en rendent compte que le lendemain.

Il est remarquable de voir que la disparition de leur enfant unique suscite chez Joseph et Marie, les parents, les mêmes sentiments que ceux qui s'emparent des parents aujourd'hui : panique, branle-bas de combat, affolement général. Comme quoi l'incarnation ne fait nullement échapper aux lois de la nature !

Au bout de trois jours - nous connaissons tous la symbolique de ce chiffre - les parents retrouvent l'enfant. Que fait-il cet enfant ? Oh il n'est ni paniqué, ni conscient du désarroi qu'il cause à ses parents. Il est assis et discute avec des intellectuels : il écoute, pose des questions, donne aussi des réponses qui suscitent l'émerveillement de ces intellectuels.
Ses parents ne s'arrêteront pas sur ce côté « surdoué ». Mais stupéfaits, le mot est de Luc, stupéfaits de l'attitude de leur enfant, la mère dit : « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois comme nous avons souffert en te cherchant, ton père et moi ! ». Donc les parents font preuve d'autorité : ils réprimandent sévèrement Jésus.

La réplique de l'enfant est cinglante et frôle l'impertinence : « Comment se fait-il que vous m'ayez cherché ? Ne le saviez-vous pas ? C'est chez mon Père que je dois être. » Voilà la conversion à laquelle la mère et le père de Jésus sont appelés : convertir leur intelligence et leur coeur pour saisir que leur enfant est bien leur enfant tout en étant aussi l'enfant de Dieu. Cet enfant est bien le leur, et en même temps il leur échappe totalement. Autrement dit, à travers l'éducation qu'ils donnent à leur enfant, se trame plus secrètement une autre éducation : celle du fils de Dieu.

A notre tour, comme pour Joseph, comme pour Marie, nous avons à nous convertir à cette réalité humaine et divine : tous ceux dont nous avons de près ou de loin la responsabilité éducative, ne nous appartiennent pas. Ne craignons pas de les perdre un jour. Ils ne sont pas à nous. Et, tôt ou tard, ils feront des choses qui nous déconcerteront.

Père Marcel Dommergue