Un geste concret

Dans son encyclique Laudato si’ (2015), le pape François nous invite à « écouter tant la clameur de la terre que la clameur des pauvres » afin de nous engager résolument sur le chemin d’une « conversion écologique » et d’une « révolution culturelle ».

Pour reprendre les mots de Charles Péguy : « Complice, complice, c’est comme auteur. Nous en sommes les complices, nous en sommes les auteurs. […]  Et quand on le laisse faire, il y a le même crime ; c’est le même crime ; et il y a la lâcheté par-dessus. »

Peut-être est-ce un peu brutal de comparer la trahison de Judas à notre attitude vis-à-vis de la création. Et pourtant… En une fidélité incertaine, Judas trahit. En une infidélité certaine, nous voici donc au pied du mur. Reconnaissons-nous notre responsabilité vis-à-vis de la création ?

Soeur Anne-Claire Dangeard (CRSD, Couvent de Nancy)

Durant cette période de vacances, quel geste concret puis-je poser en réponse aux cris de la terre et des hommes ?

Accueillir l’étranger : une évidence ?

Commentaire de Frère Jacques-Benoît Rauscher*

Dans le monde, il y a toujours plus de migrants. Aujourd’hui, les migrants internationaux, ceux qui ne vivent pas dans leur pays d’origine, représentent un humain sur 30 : 280 millions de personnes en 2020 contre 173 en 2000. Pas étonnant que ça préoccupe le pape François ! Pourtant, certains se demandent un peu de quoi il se mêle quand il nous demande de les accueillir ! Mais au fond, que disent la Bible et la tradition chrétienne sur cette question ?

https://www.theodom.org/video/etrangers/

*Frère Jacques-Benoît Rauscher enseigne la théologie morale et l'éthique sociale à l'Université de Fribourg en Suisse. Avant d'entrer dans l'Ordre dominicain, il était professeur de Sciences Économiques et Sociales et participait à une équipe de recherche en sociologique (Sciences Po/ CNRS).

Fête du Corps et du Sang du Christ

Point trop n'en faut

Huit convives, cent cinquante-trois gros poissons. Je n’ai jamais été doué pour les proportions, mais ça me semble tout de même beaucoup. Comme à Cana, où Jésus, plutôt que de fournir les quelques bouteilles suffisantes pour finir le repas, s’était cru obligé de changer en vin des centaines de litres d’eau. Alors certes, Jésus est un convive utile et plein de ressources, mais il est tout de même un peu excessif. On ne lui en demande pas tant.

Lire la suite : Fête du Corps et du Sang du Christ

Appel intervenant en enseignement religieux

 

 

En septembre 2022, des classes, des écoles ne pourront proposer d’enseignement religieux par manque d’intervenants et non faute d’enfants ou de familles intéressées.