La joie de l'Ascension

Création : jeudi 12 avril 2018

Nous allons bientôt célébrer la fête de l'Ascension. Nous entendrons alors un passage de l’Évangile de saint Luc (Luc 24, 46-53). Dans ce récit, il nous est rapporté que le Christ, s'élevant au Ciel, bénit ses Apôtres et les disciples : "Tandis qu'il les bénissait, il se sépara d'eux et fut emporté au ciel" et saint Luc ajoute qu'ils "retournèrent à Jérusalem remplis de joie" (Luc 24, 52).

Lire la suite : La joie de l'Ascension

Contempler dans nos vies la Résurrection

Création : jeudi 12 avril 2018

 Nous voici invités à contempler la gloire du Ressuscité et à en éprouver la joie dans notre vie. La joie de la résurrection du Christ est aussi celle de sa victoire sur nos morts, sur nos peurs, nos enfermements. Recevoir une vie possible alors que mes limites me la rendent impossible, c’est reconnaître l’amour de Jésus Christ qui m’a fait passer la mort avec Lui et pouvoir dire : » Si je vis, ce n’est plus moi, mais Christ qui vit en moi. » (Galates 2,20).

Lire la suite : Contempler dans nos vies la Résurrection

Carême

Création : lundi 29 janvier 2018

Un des défis les plus urgents sur lesquels le Pape François s’est arrêté dans son message écrit pour le Carême 2015 est celui de la mondialisation de l’indifférence. « L’indifférence envers son prochain et envers Dieu est une tentation réelle même pour nous, chrétiens. C’est pour cela que nous avons besoin d’entendre, lors de chaque Carême, le cri des prophètes qui haussent la voix et qui nous réveillent ».

Le Carême, ce sont 40 jours pour lutter contre l’indifférence envers Dieu et se préparer à la fête de Pâques.

Lire la suite : Carême

Le Carême

Création : lundi 29 janvier 2018

À peine avons-nous prononcé ce mot que nous pensons : faire des efforts, des privations, tenir des résolutions, en un mot froncer les sourcils et prendre la tristesse au sérieux ! Un Carême qui part de nous pour aller à Dieu, au lieu de partir de Dieu pour aller à nous.

Lire la suite : Le Carême

Le temps de l'Avent : veillez, veillez, ...

Création : vendredi 15 décembre 2017

 

Jésus parle à ses disciples de "sa venue". Quelle venue? Pour l'évangéliste, il s'agit de sa venue glorieuse lorsque le monde basculera dans le monde neuf et autre de Dieu. Mais quand cela adviendra-t-il ?

Le temps de la préparation

Esprit saint, par le souvenir de la première venue du Fils de Dieu parmi nous à Bethléem, oriente notre regard et notre coeur vers la seconde venue du Seigneur à la fin des temps.

Le temps de l'observation

Trois fois, Jésus demande impérativement à ses disciples de «veiller». Mais pourquoi? Jésus veut que ses disciples se tiennent prêts pour l'accueillir lors de sa «venue».
 
Une petite parabole renforce cette insistance. Avant de s'absenter un homme confie à ses serviteurs le soin de faire fonctionner la maison sans lui. Le portier comme les serviteurs ignorent tout du moment de son retour. À force d'attendre et ne voyant rien venir, les serviteurs peuvent se lasser, s'endormir!D'où la consigne de «veiller» en permanence. La parabole précise cependant que la venue du maître se fera de nuit : «le soir, le milieu de la nuit, le lever du jour au chant du coq, et la fin de la nuit ou matin». Ce sont les quatre divisions traditionnelles de la nuit.

Le temps de la méditation

Peut-on repérer dans ce petit texte de Matthieu les traces habituelles : foi de Pâques, vie des communautés, allusion au monde à venir, présence des Écritures, souvenir sur Jésus?

La foi de Pâques
 
Bien sûr, la foi de Pâques forme l'armature du texte. La venue glorieuse de Jésus est la conséquence de sa victoire sur la mort. Jésus est entré dans le monde de Dieu pour y préparer notre place. À la fin des temps, le monde actuel cédera définitivement la place au monde neuf et tout autre de Dieu, «le Royaume».

L'espérance du monde à venir
 
La venue en gloire du Ressuscité est le signal de l'irruption du monde à venir. Quand Matthieu écrit son évangile, les chrétiens ne voient plus de leurs yeux Jésus. Ils croient qu'il va venir bientôt dans son rayonnement de Ressuscité pour installer totalement et définitivement le monde divin, le Royaume des cieux.

La vie des communautés chrétiennes
 
 Dans cette attente du monde nouveau, des chrétiens trouvent le temps long! Ils ont du mal à veiller, à tenir bon. Le Ressuscité invisible ressemble au maître absent de la parabole. Son absence dure puisque sa venue glorieuse tarde. D'où la lassitude, le doute, le découragement, ou l'endormissement…
 
La parabole entend faire réagir. Jésus a vaincu la nuit, les ténèbres, comme le suggère la mention des quatre parties de la nuit. Autant préparer sa venue en combattant comme il l'a fait les ténèbres, la nuit. Qu'il vienne aujourd'hui ou demain n'a pas d'importance. Dieu sait ce qu'il fait et décidera seul du moment de cette venue. Et puis aussi, le Ressuscité n'est pas absent puisqu'il reste mystérieusement présent avec ses disciples à qui il a confié sa maison, son Église. Le portier de la parabole reçoit une recommandation particulière de veiller. Serait-ce une allusion au rôle de Pierre dans l'assemblée chrétienne?

L'Ancien Testament
 
Dans l'Ancien Testament, les prophètes annoncent la venue des temps de Dieu, et la venue surprise de Dieu, au Jour connu de lui seul, pour visiter, délivrer et sauver son peuple. Les chrétiens ont vu dans la vie, la mort et la résurrection de Jésus la réalisation cette espérance prophétique.

Le souvenir de Jésus
 
Jésus a préparé et enseigné ses disciples dans la confiance totale au projet deDieu qu'il est venu accomplir. Le texte de Matthieu correspond bien à l'attitude constante de Jésus demandant à ses disciples de tenir bon et d'être actifs dans la proclamation de l'Évangile.

Le temps de la prière

Seigneur Jésus, Fils de Dieu, tu es venu pour devenir notre frère. Ressuscité, tu nous rencontres aujourd'hui dans les sacrements, l'amour des autres et la prière. Nous attendons ta venue dans la gloire lorsque tu nous introduiras dans ta famille divine. Que ton esprit nous garde du découragement, du doute, de l'abandon et nous communique une foi active, joyeuse et impatiente.

Père Marc Sevin, bibliste