Tous saints… comment renaître à l’Espérance ?

Création : jeudi 3 novembre 2016 Mis à jour : jeudi 3 novembre 2016

« La sainteté est une force communicative » disait Saint Ambroise. L'Eglise nous invite à voir dans la sainteté un chemin pour tous. Un saint n'est pas un étranger lointain ! Ce n'est ni un héros ni un modèle de vertu. C'est un frère ou une sœur qui nous a précédé dans la foi et reste attentif à notre vie. Le saint est un exemple vivant de ce qui est possible pour chacun d'entre nous : à la suite de Jésus, faire de notre vie, une vie sainte.

Pour devenir saint, il n'y a pas 36 000 chemins : il suffit de répondre pleinement à l'amour de Dieu en vivant l'Evangile. C'est-à-dire en aimant, à notre tour, les autres. En ce sens, les saints sont réellement des modèles pour les chrétiens. Non dans l'imitation de leur vie, mais dans l'imitation de la liberté avec laquelle ils ont marché avec Jésus-Christ. L'un aura pu donner sa vie dans le martyr, un autre fonder un ordre, un autre vouer son existence aux pauvres, un autre encore être tout simplement portier dans une école ...


Les saints sont auprès de Dieu. Ils sont vivants. C'est le sens de notre fête. Les saints n'ont pas abandonné la solidarité humaine. « Je passerai mon ciel à faire du bien sur la terre » affirmait Thérèse de Lisieux. Les saints nous invitent à renaître à l’Espérance.

Cette espérance peut donner du sens à notre vie actuelle. Le pape François le rappelait dans une de ses catéchèses du mercredi  à Rome : « Nous devons les premiers garder cette espérance ferme et nous devons en être un signe visible, clair, lumineux pour tous. Le Seigneur ressuscité est l’espérance qui ne faiblit jamais, qui ne déçoit pas (cf. Rm 5, 5). L’espérance ne déçoit pas. Celle du Seigneur !

Que de fois dans notre vie les espérances s’évanouissent, que de fois les attentes que nous portons dans le cœur ne se réalisent pas ! Notre espérance à nous, chrétiens, est forte, sure, solide, sur cette terre où Dieu nous a appelés à marcher, et elle est ouverte sur l’éternité, parce qu’elle est fondée sur Dieu qui est toujours fidèle [..]. Être ressuscités avec le Christ par le baptême, avec le don de la foi, pour un héritage exempt de corruption, nous entraîne à chercher encore davantage les choses de Dieu, à penser davantage à lui, à le prier plus. Être chrétien ne se réduit pas à suivre des commandements, mais cela veut dire être dans le Christ, penser comme lui, agir comme lui, aimer comme lui ; c’est le laisser prendre possession de notre vie et la changer, la transformer, la libérer des ténèbres du mal et du péché. »

Seigneur, fais-nous « tous saints », de corps, de cœur et d’âme !